Loi Pinel et défiscalisation immobilière

Comment réduire ses impôts ? En profitant d’un dispositif de défiscalisation mis en place par l’Etat. Il en existe plusieurs. Sont souvent considérés comme intéressants ceux liés à l’investissement immobilier. La loi Pinel en fait partie. Celle-ci vous offre une réduction d’impôt pour tout achat d’un logement neuf destiné à la location. Mais vous aurez quelques règles à suivre pour en bénéficier.

L’engagement locatif

Tout d’abord, vous allez devoir vous engager à louer votre bien sur une période précise. C’est sur ces années que la défiscalisation vous sera octroyée. Vous avez le choix entre trois durées : 6, 9 ou 12 ans. Elles vous donnent droit à des taux de réduction différents, à savoir, respectivement : 12, 18 ou 21 %. Ce pourcentage s’applique sur le prix de revient de votre bien, c’est-à-dire son prix d’achat auquel s’ajoutent les frais annexes.

Loi pinel

Au moment de votre déclaration d’impôt Pinel, vous préciserez à l’aide du formulaire adéquat la période de location que vous avez choisie. En cas de rupture de celle-ci avant son terme, vous perdrez votre avantage fiscal. Si votre appartement ou maison était amené(e) à être vacant, vous aurez un an pour trouver de nouveaux locataires.

Les plafonds Pinel

Pour profiter de l’avantage fiscal Pinel, en tant que propriétaire bailleur, vous devrez respecter certains plafonds. Le premier d’entre eux s’applique au montant de ressources annuelles de vos locataires. Ce plafond évolue chaque année en fonction de la zone Pinel où se trouve votre logement et du nombre de personnes que compte le foyer. Les loyers mensuels sont eux aussi plafonnés en fonction du nombre de mètres carrés dont dispose votre habitation et de la zone Pinel de localisation du bien immobilier.

Le calcul fiscal

Si tous les critères sont respectés, vous pourrez justifier une réduction d’impôt en Pinel. A retenir que celle-ci ne s’applique que sur des investissements concernant deux logements maximum par an. L’investissement est par ailleurs plafonné à 300 000 € par an, selon un mètre carré plafonné lui aussi à 5 500€. Enfin, l’avantage fiscal est plafonné au montant maximal autorisé pour les niches fiscales, à savoir 10 000 € par an.